• Nick Lavars

L’US.Gov. donne à Google le feu vert pour tester ses drones de livraison aux États-Unis


ENGLISH VERSION : see at the bottom of this page

Le gouvernement américain permettra au Projet Wing Project de tester ses drones sur l'un des six sites d'essais agréés du pays. Il y a environ six semaines, les Etats-Unis ont présenté la première série de lois permettant aux entreprises de faire voler des drones à but commercial. Il y a encore du chemin à parcourir avant que cela permette le service de livraison que Amazon imagine, mais une nouvelle initiative du gouvernement fédéral promet d'accélérer les choses. Parmi ses engagements, un budget de 35 millions $ est réservé pour le financement de la recherche sur les drones, la formation des pilotes libres pour le retour des anciens combattants militaires et, notamment, l'approbation de Google pour commencer à tester ses drones de livraison aux États-Unis. Google ou Alphabet dont la société mère est connue, a fait des réserves sur son projet de prestations à base de drone autonome depuis l'annonce du soit-disant projet d'aile volante il y a deux ans. Il avait mis à l’époque à l'essai ses aéronefs avec ailes à décollage vertical en Australie pendant les deux années précédentes, qui ont été présentées dans une vidéo promotionnelle en train de planer au-dessus des arbres et livrer leurs paquets au sol par l'intermédiaire d'un câble.

L'année dernière, il est apparu que la société visait 2017 comme date de lancement pour son service de livraison de drones. Le patron du projet David Vos avait dit qu’Alphabet travaillait avec la Federal Aviation Administration (FAA) et l'industrie du drone pour accélérer l'intégration des drones dans l'espace aérien américain, et il semble maintenant que ces partenariats commencent à porter leurs fruits.

Le gouvernement va maintenant permettre à Alphabet de tester ses drones sur l'un des six sites d'essais agréés du pays. D'autres sociétés de drones, comme Flirtey, essaient déjà leurs drones sur ces sites depuis un certain temps, mais cela est la première fois qu’un grand acteur de cette technologie rentre dans l'arène.

Amazon a fait pression sur le gouvernement pour l'approbation de tester ses drones de livraison depuis qu'il a annoncé son service Prime Air en 2013. Il a eu quelques petites victoires sur sa route, et a fait obtenir le feu vert en Avril de l'année dernière, mais cela est venu avec quelques mises en garde. Ses drones pouvaient voler pas plus haut que 400 pieds (122 m) et devaient rester en vue du pilote. La semaine dernière, Amazon a annoncé des plans pour tester ses drones de livraison au Royaume-Uni. Au départ critique, La FAA semble maintenant prêt à bouger depuis l’annonce du Projet Wing line-of-sight. Selon un communiqué de la Maison Blanche, Wing projet sera autorisé à acquérir « l'expérience opérationnelle complète de son service de livraison », qui comprend le transport de marchandises au-delà des limites visuelles de contrôle. La FAA a lancé des initiatives pour explorer ces possibilités de vol « hors contrôle visuel » dans les zones rurales, mais cette restriction particulière est l'un des obstacles principaux pour les livraisons de drones dans les zones urbanisées. Elle n'a pas tellement d’incidence sur les entreprises utilisant des drones pour la photographie de l'immobilier ou des inspections de ponts, mais le fait de les utiliser de façon autonome rend la frontière difficile à franchir. Et les règles qui interdisent un pilote d'exploitation plus d'un drone volant au-dessus de 400 pieds (122 m) ne sont en soi pas très utiles. Mais le gouvernement dit que l'un des sites d'essais agréés, dans le Dakota du Nord, va maintenant être utilisé pour mener à bien les essais au-delà de la ligne de contrôle visuel. Il prévoit d'utiliser l'installation pour faire voler des drones aussi haut que 29.000 pieds (8.840 m), sans un avion de poursuite et d'utiliser l'expérience acquise pour l’intégrer en toute sécurité sur des drones plus lourds, plus rapides et en altitude plus élevée dans l'espace aérien national. D'autres détails intéressants de l'annonce comprennent des partenariats avec Flirtey et la Startup Zipline, ainsi que des organisations humanitaires, l’étendue de l'utilisation de drones pour les secours et la formation des pilotes libres pour le retour des anciens combattants pour les placer dans des emplois dans l'industrie du drone commercial. La National Science Foundation pourra également pomper dans le budget alloué de 35 millions $ pour la recherche sur les drones et la Racing League Drone est impliqué afin d'aider à développer les règles de sécurité pour l'industrie des drones de course. Source: La Maison Blanche

ENGLISH VERSION

Government initiative gives Google the go-ahead to test delivery drones in the US

Nick Lavars August 3, 2016

3 pictures

The US government will allow Project Wing to test out its drones at one of the country's six approved test sites. View gallery (3 images)

Around six weeks ago, the US laid out its first set of laws allowing businesses to fly drones for profit. There's still some way to go before this allows the kind of delivery service Amazon imagines, but a new initiative from the federal government is promising to speed things up. Among the commitments are US$35 million in funding for drone research, free pilot training for returning military veterans and, most notably, approval for Google to start testing its delivery drones in the US.

Google, or Alphabet as it's parent company is known, has kept relatively mum on its plans for autonomous drone delivery since announcing the so-called Project Wing two years ago. It had been testing its winged, vertical lift-off aircraft in Australia for two years previous to that, which were shown in a promotional video to hover above treelines and lower packages to the ground via a cable.

Late last year it emerged that the company was targeting a 2017 launch date for its drone delivery service. Project boss David Vos said Alphabet was working with the Federal Aviation Administration (FAA) and the drone industry to accelerate the integration of drones into US airspace, and it now looks like these partnerships are beginning to bear fruit.

The government will now allow the Alphabet to test out its drones at one of the country's six approved test sites. Other drone companies, such as Flirtey, are already testing their drones at these sites and have been for a while, but this is the first time a big, established tech player has entered the arena.

Amazon has been pushing for approval to test its delivery drones ever since it announced its Prime Air service in 2013. It has had some small victories along the way, and did get the green light in April last year, but this came with some caveats. Its drones could fly no higher than 400 ft (122 m) and had to remain in sight of the pilot. Last week, Amazon announced plans to test its delivery drones in the UK instead.

Critically, it is on the line-of-sight point that the FAA seems ready to budge when it comes to Project Wing. According to a statement from the White House, Project Wing will be allowed to gain "full operational experience of its delivery service," which includes carrying cargo and building towards beyond the line of sight capabilities.

The FAA has launched initiatives exploring beyond-the-line-of-sight drone flight in rural areas, but this particular restriction is one of the key roadblocks for drone deliveries in built up areas. It doesn't affect companies using drones for things like real estate photography or bridge inspections so much, but makes using them for autonomous drop-offs very difficult indeed. And rules that outlaw one pilot operating more than one drone and flying above 400 ft (122 m) aren't too helpful either.

But the government says that one of the approved testing sites, in North Dakota, will now be used to carry out beyond the line of sight testing. It plans to use the facility to take drones as high as 29,000 ft (8,840 m) without a chase aircraft and use the experience gained to safely integrate heavier, faster and higher flying drones into national airspace.

Other interesting tidbits from the announcement include partnerships with Flirtey and startup Zipline, along with humanitarian organizations, to expand drone use for disaster relief and free pilot training for returning veterans to place them in jobs in the commercial drone industry. The National Science Foundation will also pump $35 million into drone research, and the Drone Racing League is helping to develop safety regulations for the drone racing industry.

Source: The White House

#Google #Aphabet #WingProject #FAA #Flirtey #Zipline #NationalScienceFoundation #AmazonPrimeAir #PrimeAir #Amazon

6 vues

Navigation Rapide

Drone Line

Une autre Vision du Monde

DRONE LINE  - RCS 81246676100010 - 14 Lot.Prairie de la Vaquette

 Draille de la Vaquette

     13150 TARASCON (FRANCE).

 

Assurance R.C.: AXA France Iard N° 446626  
 

06.49.86.29.68

Suivez-nous sur

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Pinterest Social Icon
  • Instagram Social Icon