• David Szondy - See the ENGLISH VERSION in foot of

Un Drone utilise La technologie initiée pour explorer Mars pour détecter des fuites de méthane sur T


Un JPL mini-capteur de gaz de méthane est testé en vol sur un petit système aérien sans pilote (suas) ...

Un JPL mini-capteur de gaz de méthane est testé en vol sur un petit système aérien sans pilote (suas) dans le cadre d'un projet visant à améliorer la sécurité énergétique de l'industrie du pipeline (Crédit: University of California, Merced). Voir la galerie (2 images)

Les gazoducs étendent sur des milliers de miles à travers des continents entiers et les inspecter pour les fuites potentiellement dangereuses est un emploi à temps plein, sans fin. Pour prendre une partie de la pression sur, la NASA teste un quadcopter équipé d'un capteur de gaz méthane miniature conçu à l'origine pour tester l'atmosphère martienne. L'agence spatiale indique que la sensibilité exceptionnelle de l'équipement permet de contrôler de nombreux miles de pipeline à la fois de l'air.

les fuites de méthane ne sont pas seulement une sécurité et danger pour l'environnement, mais même de petites fuites inoffensives peuvent ajouter jusqu'à une perte importante de revenus au fil du temps. Pour éviter cela, l'industrie du gaz emploie une petite armée d'inspecteurs qui parcourent la longueur du pipeline avec renifleurs de chercher même les plus petites fuites. Il est un travail lent, fastidieux, et parfois dangereuse, qui serait grandement accéléré si elle pourrait être géré par des drones autonomes volant au-dessus.

Un facteur clé dans la réalisation de ce développement est des capteurs qui sont suffisamment sensibles pour détecter les petites fuites à distance. Développé par le Jet Propulsion Laboratory de la NASA (JPL) en Californie pour une utilisation sur Mars, l'Open Chemin Laser Spectrometer (OPLS) est évalué à être en mesure de détecter le méthane en parties par milliard en volume, et est assez petit pour être installé dans un quadcopter.

Le système fait actuellement l'objet d'essais en vol dans une coentreprise avec le Conseil du Pipeline Research International (PRCI), qui finance le projet. En Février, les scientifiques et les ingénieurs de JPL et les Mécatronique, Systèmes et Automation (MESA) Lab de l'Université de Californie Embarqués, Merced a réalisé une série de tests dans le centre de la Californie dans les piscines Merced Vernal et Grassland Reserve.

Les tests ont été la dernière d'une série menée depuis 2014 en utilisant différentes plates-formes. Pour ce tour, le OPLS a été volé à des distances différentes à partir d'une source de méthane contrôlé pour tester la précision et la robustesse du système.

NASA voit le quadcopter, avec sa capacité à voler et planer verticalement, comme un atout majeur pour la chasse aux fuites. Cependant, le projet permettra également de réaliser des essais en vol de drones à voilure fixe, qui peut voler plus vite et plus loin que le copter et peut être plus pratique dans les milieux plus éloignés.

"Ces essais marquent le dernier chapitre dans le développement de ce que nous croyons sera finalement un système universel de surveillance du méthane pour détecter les émissions de gaz naturel fugitives et de contribuer à l'étude des changements climatiques», explique Lance Christensen, OPLS chercheur principal au JPL.

Source: NASA

ENGLISH VERSION

Mars drone tech sniffs out methane leaks on Earth

David Szondy March 29, 2016

2 pictures

A JPL mini methane gas sensor is flight tested on a small unmanned aerial system (sUAS) under a project to improve energy pipeline industry safety (Credit: University of California, Merced). View gallery (2 images)

Natural gas pipelines stretch for thousands of miles across entire continents and inspecting them for potentially dangerous leaks is a full-time, never-ending job. To take some of the pressure off, NASA is testing a quadcopter equipped with a miniature methane gas sensor originally designed for testing the Martian atmosphere. The space agency says that the exceptional sensitivity of the equipment makes it possible to monitor many miles of pipeline at a time from the air.

Methane leaks are not only a safety and environmental hazard, but even small, harmless leaks can add up to a major loss of revenue over time. To prevent this from happening, the gas industry employs a small army of inspectors who traverse the length of the pipeline with sniffers to seek out even the smallest leaks. It's slow, tedious, and sometimes dangerous work, which would be greatly sped up if it could be managed by autonomous UAVs flying overhead.

A key factor in achieving this is developing sensors that are sensitive enough to detect small leaks at a distance. Developed by NASA's Jet Propulsion Laboratory (JPL) in California for use on Mars, the Open Path Laser Spectrometer (OPLS) is rated at being able to detect methane in parts per billion by volume, and is small enough to be installed in a quadcopter.

The system is currently undergoing flight tests in a joint venture with the Pipeline Research Council International (PRCI), which is funding the project. In February, scientists and engineers from JPL and the Mechatronics, Embedded Systems and Automation (MESA) Lab at the University of California, Merced carried out a series of tests in central California at the Merced Vernal Pools and Grassland Reserve.

The tests were the latest in a series conducted since 2014 using various platforms. For this round, the OPLS was flown at different distances from a controlled methane source to test the accuracy and robustness of the system.

NASA sees the quadcopter, with its ability to fly and hover vertically, as a major advantage for hunting down leaks. However, the project will also carry out flight tests of fixed-wing drones, which can fly faster and farther than the copter and may be more practical in more remote settings.

"These tests mark the latest chapter in the development of what we believe will eventually be a universal methane monitoring system for detecting fugitive natural-gas emissions and contributing to studies of climate change," says Lance Christensen, OPLS principal investigator at JPL.

Source: NASA

#DavidSzondy #NASA #UniversityofCalifornia #Merced #méthane #OpenCheminLaserSpectrometer #JPL #LanceChristensen

Navigation Rapide

Drone Line

Une autre Vision du Monde

DRONE LINE  - RCS 81246676100010 - 14 Lot.Prairie de la Vaquette

 Draille de la Vaquette

     13150 TARASCON (FRANCE).

 

Assurance R.C.: AXA France Iard N° 446626  
 

06.49.86.29.68

Suivez-nous sur

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Pinterest Social Icon
  • Instagram Social Icon