• Eric Mack

« L’Internet des drones » pourrait être la prochaine génération de contrôle de la circulation aérie


Vous avez entendu parler de l'Internet des objets - le nom générique donné à tous les différents capteurs en réseau, objets connectés, machines, et même des bâtiments dans le monde - mais la plupart de ces «choses» restent en un seul endroit pour la plupart.

Il s’amorçe dans le monde une explosion de dispositifs ambulatoires autonomes, qui a dirigé une équipe d'ingénieurs de l'Université de Waterloo au Canada à élaborer un cadre conceptuel pour un « Internet des drones. » Les auteurs d'un article sur le concept (lien au bas de la page) énoncent ce qui est essentiellement une structure pour savoir quelle Capacité de trafic de drone pourrait être géré. Il combine des éléments du système actuel de la gestion de la circulation aérienne,

avec les réseaux cellulaires et le réseau Internet.

Le document propose la terminologie pour les composants clés du système, avec l'espace aérien divisé en «zones», chacune gérée par un "prestataire de services de la zone" (ZSP) qui exploite leur propre section de l'espace aérien. Le prestataire de services de la zone, qui pourrait être plutôt un logiciel-expert basé sur une expertise humaine réelle, est un peu comme une combinaison d'une tour de téléphonie cellulaire et d'un contrôleur de la circulation de l'air pour un aéroport donné.

Drones et prestataires de services de la zone communiquent via le cloud pour assurer que le trafic autonome traverse cette zone en toute sécurité, et selon toutes les règles qui ont été établies pour cette zone. Quand un drone passe dans une nouvelle zone, il est transféré

dans une grande partie de la même manière qu'un appareil sans fil est transférée à un nouveau tour de téléphonie cellulaire qui se déplace. L'infrastructure peut également permettre à des tiers en dehors de la zone (tels que les administrateurs, les détaillants à chaque extrémité d'une livraison ou peut-être même les consommateurs) de communiquer avec des drones en vol. Cela serait particulièrement utile

pour les services de livraison de drones comme ceux bientôt proposés par Amazon, Google et d'autres à venir qui travaillent sur le ce concept. Le document suggère que les stations de base du réseau cellulaire existants pourraient être utilisés pour déployer en fait le système. "Ces stations de base étant déjà déployés, l'espace physique est disponible et elles sont capables d'exécuter le logiciel de ZSP.

Par conséquent, elles semblent bien placées pour mettre en œuvre ZSPS et fournir une couverture de réseau étendu pour l'Internet des drones." Dans chaque zone, les voies aériennes définies, les intersections et les nœuds sont établies, ce qui peut être considéré comme étant similaire au système des routes, des intersections et des destinations que les voitures utilisent actuellement sur le terrain. Même si les drones pourraient

Théoriquement voler n'importe où dans l'espace aérien en trois dimensions, l'idée est d'établir des voies aériennes désignées et réguler le trafic à travers eux pour éviter les collisions. Les Drones seraient également responsabilisés pour éviter les collisions avec des objets en dehors du système (comme les oiseaux) sur leur propre initiative, et de garder la ZSP informée de ces manœuvres. Beaucoup d'autres travaillent aussi sur la façon d’imaginer un espace aérien rempli de drones. La NASA a travaillé avec Exelis sur un autre système de suivi de drone, mais il n’est pas immédiatement adapté à l’intégration immédiate à l'architecture nouvellement proposée. Source: arXiv

IN ENGLISH

"Internet of Drones" could be next generation of air traffic control

  • Eric Mack

  • January 19, 2016

You've heard of the Internet of Things – the generic name given to all the various networked sensors, machines, devices and even buildings in the world – but most of those "things" stay in one place for the most part. The world is primed for an explosion of autonomous ambulatory devices, which led a team of engineers from the University of Waterloo in Canada to draft a conceptual framework for an "Internet of Drones."

The authors of a paper on the concept (linked at the bottom of the page) lay out what is essentially a structure for how drone traffic could be managed. It combines elements of the current air traffic control system, cellular networks and the internet.

The paper proposes terminology for key components of the system, with airspace divided up into "zones," each managed by a "zone service provider" (ZSP) that operates their own section of airspace.

The zone service provider, which could be software-based rather than an actual human operator, is sort of like a combination of a cell tower and an air traffic controller for a specific airport. Drones and zone service providers communicate via the cloud to ensure that autonomous traffic flows through that zone safely, and according to whatever rules have been established for that zone. When a drone passes into a new zone, it is handed off in much the same way that a wireless device is transferred to a new cell tower as it travels.

The infrastructure can also allow for third parties outside the zone (such as administrators, retailers on either end of a delivery or possibly even consumers) to communicate with drones in flight. This would be particularly useful for proposed drone delivery services like those that Amazon, Google and others are working on.

The paper suggests that the existing cell network base stations could be used to actually deploy the system.

"Since these base stations are already deployed, the physical space is available and they are capable of running the ZSP software," it reads. "Therefore, they seem well positioned to implement ZSPs and provide wide network coverage for [the Internet of Drones]."

Within each zone, defined airways, intersections and nodes are established, which can be thought of as being similar to the system of roads, intersections and destinations that cars currently use on the ground. Even though drones could theoretically fly anywhere in the three-dimensional airspace, the idea is to establish designated airways and regulate traffic through them to avoid collisions. Drones would also be responsible for avoiding collisions with objects outside the system (such as birds) on their own, and keeping the ZSP advised of those maneuvers.

Plenty of others are also working on how the coming, drone-filled world will fly. NASA has been working with Exelis on another drone-tracking system, but it's not immediately clear if it could integrate with the newly-proposed architecture.

Source: arXiv

#Drone #DroneLine #Circulationaérienne #internet #internetdesdrones #amazon #google #Nasa #Exelis #UniversitédeWaterloo #ZSP #objetsconnectés #internetdesobjets #réseaucellulaire #EricMack #arXiv

Navigation Rapide

Drone Line

Une autre Vision du Monde

DRONE LINE  - RCS 81246676100010 - 14 Lot.Prairie de la Vaquette

 Draille de la Vaquette

     13150 TARASCON (FRANCE).

 

Assurance R.C.: AXA France Iard N° 446626  
 

06.49.86.29.68

Suivez-nous sur

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Pinterest Social Icon
  • Instagram Social Icon